Accès à la médecine dans les îles: la solution des humains digitaux est-elle viable - 15/08/2049

Compte tenu de la géographie de notre pays, fournir à l’ensemble de nos concitoyens le même accès aux services publics a toujours été un challenge. Que ce soit pour l’éducation, les facilités administratives et bien sûr la santé publique, le gouvernement c’est toujours arraché les cheveux pour trouver l’inconnue qui résoudra l’équation : égalité d’accès, maintien des coûts, disponibilité des infrastructures.


Bien évidemment, le développement de l’internet haut-débit dans les îles a permis de bien faciliter ces problématiques. Mais si la disponibilité de l’internet est arrivé dès les années 2010, sa répartition, sa qualité et son coût sont demeurés des obstacles importants pour l’accessibilité des citoyens des îles à l’ensemble des services.

En cela, les opérateurs en charge de ce déploiement n’ont jamais été à l’avant-garde des solutions innovantes, que ce soit d’un point de vue technique comme économique et financier.


Au temps pour les infrastructures! Mais au-delà de ça, l’accessibilité de nos concitoyens des îles aux services publics était également freiné par le manque de développement, au sein de l’administration, d’outils adaptés à cette évolution technologique.

La “e-administration” comme ell a été parfois appelé, n’a jamais été vraiment conçue de façon innovante et originale, en tout cas adaptée à notre contexte insulaire et aucune stratégie cohérente n’a été proposée.


Pour ce qui est de la médecine, la télémédecine a été un peu l’arlésienne du gouvernement qui en a vanté les mérites pendant des années sans proposer de solutions.


C’est finalement une idée néo-zélandaise qui vient aujourd’hui tâcher de résoudre cette problématique. En effet, la société Soul Machines a récemment contacté le gouvernement local pour lui proposer la mise en service de ses “médecins digitaux”.

Conçus sur la base du “cerveau digital” créé par cette même société, l’objectif de ce partenariat serait de mettre en service des “médecins digitaux”, véritables être humains artificiels, accessibles par Internet et équipés d’un dispositif d’intelligence artificielle en deep-learning et interactions proto/quasi-humaines.


L’objectif serait de rendre plus facile l’accessibilité à un diagnostic pour les gens des îles sans avoir à créer un dispensaire dans chaque village.


Le “médecin digital” serait disponible sur un plateforme digitale disponible dans les mairies et en libre accès pour la population.


Reste à savoir comment réagira la population des îles. Car, en effet, la société Soul Machines s’est souvent heurtée, sur des projets précédents, à un rejet du dispositif par les utilisateurs finaux. Non pas par manque d’ergonomie du dispositif, ni même d’incompétence. Les médecins digitaux se révèlent en effet de très bons analystes.

La problématique s’est posée de l’acceptabilité par les populations défavorisées (socialement et géographiquement) qui prenaient en effet ces dispositifs pour des “ersatz” de docteurs, considérant qu’il n’était pas juste que les populations favorisées bénéficient toujours de l’échange humain, encore vu comme de meilleure qualité par énormément d’individus.


Les premiers médecins digitaux seront déployés en test dans les mois à venir par le gouvernement dans 3 îles “laboratoires”. Ils seront mis à disposition pendant 6 mois avant un éventuel déploiement généralisé dans le courant de l’année prochaine.

89757353

©2019 by Observatoire Océanien de Prospective - 2OP. Proudly created with Wix.com