89757353

©2019 by Observatoire Océanien de Prospective - 2OP. Proudly created with Wix.com

Edito: démographie, le Pacifique doit faire ses comptes - 15/01/2050

Pendant longtemps dans l'histoire du genre humain, la force des États était (et est toujours partiellement) définie principalement par leur pouvoir politique, leur pouvoir économique ou l'étendue de leurs possessions (ceci principalement à l'époque coloniale).

La fin de la guerre froide et l'avènement de nouvelles puissances telles que la Chine à la fin du XXe siècle et l'Inde au début du XXIème et surtout au cours de la deuxième décennie de celui-ci, ont commencé à placer lentement la démographie en tête de liste ce qui donne à un pays son pouvoir.


Parce que, comme de plus en plus de pays ont alors gagné en puissance économique et étaient sur la voie d'économies développées et matures, leur capacité à tirer parti du facteur consommation leur a donné un impact très fort sur l'économie mondiale.

La Chine a utilisé ce pouvoir, à travers la croissance rapide d'une importante classe moyenne et un nombre croissant de millionnaires, pour résister aux guerres commerciales déclenchées par les 2 administrations Trump et gagner ainsi son influence politique sur la scène mondiale.


Il a fallu un peu plus de temps à l'Inde pour atteindre cette capacité d'influencer l'économie mondiale, car les politiques économiques de Modi ont eu un impact sur la capacité du pays à atteindre pleinement son plein potentiel (la politique monétaire en particulier a finalement été considérée comme fortement négative).

De fait, ces grands pays, USA compris, ont toujours plus ou moins fait la pluie et le beau temps des échanges internationaux. D’autres espaces, tels que l’Europe qui a toujours eu du mal à coordonner ses membres pour créer un ensemble unique plus fort, ont généralement dû s’aligner sur ces décisions.


À leur manière, ces géants ont été lentement suivi par d'autres pays comme l'Indonésie, le Nigeria, le Brésil... Tous pouvant vraiment utiliser la taille de leur population pour peser dans l'équilibre des décisions économiques mondiales et, finalement et logiquement, sur les décisions mondiales dans l'ensemble car tout ce qui était décidé contre leur propre intérêt a été suivi de représailles en termes d'importations...


Soutenu par des régimes autoritaires qui favorisaient la confrontation plus la diplomatie pour gérer leurs relations internationales et vous aviez là la recette parfaite pour faire de la démographie un facteur clé de l'avenir du monde.


Et le Pacifique dans tout ça? Eh bien, c'est là que le concept "IndoPacifiaue" entre en jeu.

Inventée également par l'administration Trump pour contrer l'influence croissante de la Chine, cette nouvelle stratégie consistait à encadrer la Chine avec un ensemble d'alliés pour contraindre l'Empire du Milieu à sa propre zone géographique d'origine. De cette façon, les États-Unis, l'Australie, le Japon et l'Inde, en tant que principaux alliés dans ce concept, devaient coopérer et travailler dans toute cette région pour isoler la Chine.

Mais dans cette stratégie globale entre grandes puissances, le Pacifique s'est pris au piège. Comme on parle en effet d '"IndoPacifique". Mais si le mot Pacifique est dans le nom, il ne s'est jamais concentré sur nos îles, sauf peut-être pour les utiliser comme pièces de monnaie dans une partie d'échecs.


La raison en est évidente: vu de ces grands pays, il n'y a que de minuscules points sur la mer, sans aucun poids démographique pouvant avoir un impact sur la scène mondiale.

Alors, pourquoi s'embêter pour les traités environnementaux si ce n'est que pour une île? pourquoi prendre la peine de se soucier du niveau de la mer lorsque cela est considéré comme un problème pour une ou deux îles.


La démographie est importante et le Pacifique, uniquement lorsqu'il est vu comme une région cohérente, vaut plusieurs millions de personnes. Évidemment beaucoup moins que les géants que sont la Chine et l'Inde. Mais ces 2, pourtant gros, vieillissent aussi. Les études récentes ont montré que ces deux pays ont une population vieillissante croissante et leur croissance économique a été très fortement impactée par la baisse de leur taux de fécondité. A l'inverse, notre région a encore un fort taux de fécondité.

Il ne s'agit pas d'inonder la planète de nouveaux bébés en période de pénurie et de défis climatiques, mais le Pacifique doit comprendre que grâce au dynamisme démographique et à la mobilité, ainsi que par le régionalisme et donc l'intégration de tous dans un ensemble géopolitique concret, ils pourraient enfin peser dans l'équilibre mondial.


Après des décennies de plaidoyer, appels à l'urgence ... il est clair que, malheureusement, la plupart des décisions sont toujours prises au niveau des États, en fonction de leur influence économique. Et pour celui-ci, la démographie est un facteur clé.