Gestion des problèmes rénaux dans les îles éloignées: à quand l’impression 3D? - 19/09/2049

Malgré la lutte perpétuelle pour une meilleure alimentation et des accompagnements santé individualisés depuis près de 40 ans, les problèmes rénaux dus à des problématiques alimentaires et génétiques restent toujours une cause majeure de soins médicaux et d’impact sur la sécurité sociale.

Les patients des îles éloignées, plus particulièrement, sont très sensibles à cette situation et imposent d’importantes procédures logistiques pour maintenir des éléments de traitement des déficients rénaux (dialyse…). Au mieux ils sont transportés sur Tahiti pour des greffes qui sont désormais très courantes depuis une vingtaine d’années.


Mais les associations de patients élèvent de plus en plus la voix ces dernières années pour que le ministère de la santé autorisent enfin l’impression biologique 3D dans les îles.

Commune à Tahiti et ayant permis de développer des greffes plus complètes que par le passé, le ministère se refuse toujours à étendre le système dans les archipels: problèmes de risques de rupture des règles d’hygiène et de stérilité compte tenu de la situation des dispensaires.


Et si les médecins digitaux sont désormais disponibles, il n’en demeure pas moins qu’il reste nécessaire qu’un personnel médical spécifiquement formé surveille la procédure d’impression de l’organe déficient.


Et se pose au final la question de l’implantation du dit organe dans le corps du patient.

Même si les interventions à distance sont possibles, réduisant considérablement les coûts de ces procédures médicales, le ministère ne souhaite pas poursuivre cette optique, préférant maintenir le rapatriement des malades sur Tahiti au sein de l’unité d’impression organique sanitaire.


Les associations de malade mettent en avant la baisse des coûts que cela engendrerait, ainsi que le confort que gagneraient les patients en évitant de passer plusieurs semaines sur Tahiti. Calcul confirmé par de nombreux spécialistes médicaux et économistes.

Mais le gouvernement ne souhaite malheureusement pas s’exprimer plus avant même s’il apparaît que sa position devient de mois en moins soutenable.

89757353

©2019 by Observatoire Océanien de Prospective - 2OP. Proudly created with Wix.com