L’AI sort de son hiver au service de l’autoritarisme - 22/06/2050

La 1ère conférence du Groupement international de recherche et d’orientation sur l’Intelligence Artificielle (GIRO-AI) a démarré ces travaux ce lundi.

Soutenez nos idées:


Cette réunion est la 1ère du genre dans l’histoire de l’intelligence artificielle. Elle réunira, pendant près de 15 jours, l’ensemble des professionnels de l’intelligence artificielle pour faire le point sur la technologie. Après plusieurs décennies d’un “hiver” sans innovation majeure, l’intelligence artificielle semble à nouveau refaire surface.

Ce n’est pas le 1er hiver vécu par l’AI. La technologie, parmi l’une des plus complexes qui soit, a déjà connu 2 périodes de pauses en termes de développement: 1973-1980 et 1988-1993. Absence de technologies connexes empêchant le développement des solutions nécessaires ou tout simplement absence de percées dans le développement principal de la technologie, créer une nouvelle forme d’intelligence ne va pas de soi!


Et après la pandémie de 2020, un nouvel hiver s’est abattu sur le domaine, privant la recherche des avancées tant espérées au début des années 2010.

Depuis quelques années maintenant, de nombreuses technologies ont cependant commencé à voir le jour dès 2035. La fin des moratoires sur la reconnaissance faciale ont en effet permis de nombreux développements pour faciliter les interactions sociales hommes-machines. Ayant la possibilité de reconnaître les visages, identifier les émotions… a permis d’accélérer le travail sur l’intelligence sociale de l’IA.

Les conglomérats de chercheurs ont donc recommencé à se réunir plus régulièrement pour faire avancer les développements mais, également, poursuivre le débat éthique. Mais le manque de coordination entre les groupes de recherche a mené à de nombreux actions contradictoires et, surtout, à une surenchère de réglementation.


Car, malheureusement, les progrès réalisés ont, comme souvent, attiré l’attention de gouvernement peu scrupuleux plus intéressés par le contrôle individuel que le développement de nouvelles technologies pour le seul bien être de l’humanité. En réaction, de nombreux groupes de réflexions, principalement régionaux, ont poussé vers de plus en plus de réglementations pour contrer des effets localisés de cette volonté gouvernementale de toujours plus de contrôle.


Mais la conséquence inattendue de ces actions éparpillées organisées avant tout pour montrer au grand public que le problème était pris au sérieux, a été que les gouvernements se sont retrouvés aux commandes des outils de contrôle des développements technologiques du secteur privé. La meilleure position pour certains gouvernements pour tirer parti de la situation et orienter la technologie dans leur direction.

Les nombreux comités éthiques, de surveillance, les régimes d’autorisations préalables et autres procédés administratifs fonctionnent positivement dans les mains d’institutions démocratiques ou la balance des pouvoirs permet une approche plus large du problème, et sur la base d’opinions diverses. Mais quand ces méthodologies sont reprises, sous couvert de protection des citoyens ou de transparence imposée au secteur privé, par des gouvernements aux tendances autoritaires, elles deviennent les meilleurs outils d’influence pour focaliser les progrès sur les outils liberticides.


C’est pourquoi, afin de mieux coordonner leurs actions et de proposer des pistes d’actions institutionnelles plus pertinentes, issues d’un retour d’expérience à l’échelle globale, les centres de recherches et de réflection se sont regroupés sous l’autorité du GIRO-AI pour garantir une plus grande indépendance et surtout une visibilité supérieure à celle des gouvernements.

L’organisme n’est bien sûr pas coercitif mais il regroupe la plus grande majorité des chercheurs. Son influence sur les entités développant la technologie sera grande et déjà l’on entend des rumeurs de “walk out” pour protester contre l’usage de certaines technologies.

Certains espèrent toutefois que cela n’ira pas jusqu’à supprimer la source principal de financement du secteur qui pourrait faire retomber l’IA dans un nouvel hiver de créativité…

89757353

©2019 by Observatoire Océanien de Prospective - 2OP. Proudly created with Wix.com